Gouvernement du Canada Government of Canada
 English Contactez-nous  Recherche  Site du Canada
Canada 2004


Lisez les comptes rendu des ateliers :
Atelier 1
Atelier 2
Atelier 3
Atelier 4
Atelier 5
Atelier 6


Canada France 1604-2004
Canada un espace pour l'imagination
Près de 150 personnes se sont réunies le 5 février 2004 pour participer à la deuxième Table Ronde sur la Mobilité et les échanges organisée par l'Ambassade du Canada à Paris. Les nombreux participants se sont dit heureux de l'évolution positive des possibilités d'échanges et de l'assouplissement des modalités offert par le nouvel Accord cadre sur la mobilité et les échanges signé le 3 octobre 2003, travail accompli depuis la tenue de la première Table Ronde en 2001.

Les modalités de mise en œuvre de cet Accord ont, par ailleurs été discuté lors de la rencontre du Groupe bilatéral sur la mobilité et les échanges qui s'est réunie le 6 février dernier. Avec l'entrée en vigueur officielle de cet accord, l'Ambassade compte renforcer sa coopération avec les organismes et associations, universités, et jeunes afin de s'assurer que toutes les informations concernant la mise-en-œuvre de l'Accord soient connues. Nous encourageons toutes les parties concernées à consulter le site Internet de l'Ambassade pour plus de renseignements.

La matinée a été consacrée à une présentation globale de l'Accord cadre sur la mobilité et les échanges et à des interventions de représentants qui ont abordé des questions liées à l'importance de différent type de mobilité pour différentes catégories de jeunes. La session plénière était présidée par l’Ambassadeur du Canada, Claude Laverdure.
Ont participés à cette matinée :

Martine BASSEREAU-DUBOIS, Ministère des Affaires étrangères, Sous-directrice des Conventions

Terrence LONERGAN, Ministre-conseiller à l’Ambassade du Canada

Intervenants: première partie

Bernard DE MONTMORILLON, Président de Paris Dauphine et de la Commission des relations extérieures de la Conférence des Présidents des Universités (CPU).

Jean-Pierre CARBUCCIA-BERLAND, Directeur - Protection Judiciaire de la Jeunesse (PJJ)

Murielle PARCELIER, vice-présidente de l’Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes (ANACEJ)

Intervenants: deuxième partie

Jean-Paul CHARIÉ, Député du Loiret et Président de la commission sur l’économie numérique

Bernard LACHANCE, Vice-président, Direction des programmes de partenariats de l’Association des Collèges Communautaires du Canada (ACCC)

Gérard HENRY, Directeur général, Travail sans frontières

Thomas TOWNSEND, Conseiller, Santé, Affaires sociales et Académiques, Mission du Canada auprès de l’UE, Bruxelles.

L'après-midi était consacrée à 6 ateliers sur des thèmes précis. Chaque atelier a préparé un rapport qui est disponible sur ce site. Voici les principales recommandations qui en sont ressortis :

ATELIER 1 :Le nouveau rôle des agences de coopération et des associations

Afin qu'il y ait une information claire et transparente sur les modalités de mise en œuvre à destination des organismes et associations, et de tous les acteurs impliqués les participants recommandent que soient disponibles :
- un lexique pour définir les termes;
- une définition des critères de sélection
- un répertoire des intervenants et/ou acteurs qui définissent leur mission et éventuellement leur nouveau rôle
- des réunions d'information à un rythme régulier pour faciliter la mise en œuvre de l'Accord

ATELIER 2 : Les stages et les emplois en entreprises

Permettre l'accès des jeunes entre les deux pays, c'est aussi faire connaître les possibilités d'échanges à travers des idées proposées. Les participants recommandent donc :
- la création d'un site internet, portail d'informations sur les stages disponibles dans les deux pays;
- le recrutement de jeunes stagiaires sur les campus universitaires à travers des stands informatifs avec les possibilités de stages dans les deux pays;
-la circulation d'information sur l'existence de ces échanges à travers les associations (étudiantes, universitaires, consulaires).

ATELIER 3 : La création et l'implantation des programmes d'études binationnaux

En résumé, les participants ont noté :
- qu'il n'est pas souhaitable de créer des règlements nationaux, tant au Canada qu'en France, car ceux-ci risquent de restreindre en partie les échanges.
- que certains programmes fonctionnent bien surtout grâce aux efforts bilatéraux de deux établissements qui mettent en place un accord particulier, et ainsi la centralisation de certains services n'est pas souhaitée
- que les étudiants souhaitant prolonger leur séjour à l'étranger (par exemple combiner une expérience professionnelle avec leurs études), ne peuvent le faire à cause des règlements concernant les visas étudiants. Le nouvel accord entre la France et le Canada devrait permettre d'élargir les possibilités en terme de type et durée d'études binationales.
- que la mobilité des administrateurs responsables des programmes d'échanges internationaux ainsi que des professeurs responsables de créer les programmes intégrés doit être promue afin de multiplier les possibilités de création de programmes et améliore les programmes existants.
- qu'il y est une promotion plus importante des études en France auprès les jeunes canadiens, étant donné qu'il y a toujours plus d'étudiants français qui décident de faire leurs études au Canada que vice-versa.

ATELIER 4 : L'insertion des jeunes par le partenariat transatlantique

Les participants ont recommandé la création d'une Commission bilatérale franco canadienne pour étudier les recommandations suivantes et favoriser l'émergence parallèle de projets ponctuels d'échange et de mobilité entre acteurs opérationnels :
- Favoriser les échanges (trois mois et plus) entre jeunes en insertion
- Favoriser les échanges (trois mois et plus) entre éducateurs oeuvrant auprès de jeunes en insertion
- Favoriser les échanges entre les travailleurs sociaux des deux pays
- Favoriser les échanges entre les agences gouvernementales
- Favoriser les échanges entre les agences issues du monde associatif
- Favoriser la mobilité et les échanges entre réseaux d'acteurs opérationnels
- Favoriser la mobilité multilatérale entre le Canada, la France et d'autres pays européens ou d'expression française.

ATELIER 5 : Le Canada et l'Europe

Sur le plan plus global, le flux étudiant dans les 2 sens est beaucoup moins important depuis quelques années. Cette baisse est aussi constatée chez les enseignants et les professeurs ce qui a peut-être un effet inducteur. Les participants ont identifié plusieurs raisons pour le manque d'intérêt des canadiens à effectuer des séjours d'études en France dont :
- une connaissance bien réaliste par les Canadiens de ce qu'est l'Accueil en France, un accueil qui incorpore un hébergement-logement qui n'a pas le degré de satisfaction auquel les Canadiens aspirent
- l'absence de "tutorat" ou d'un accompagnement de leur parcours d'études qui à la disponibilité, la facilité, l'aisance et peut-être au total la convivialité relationnelle à laquelle ils sont habitués

ATELIER 6 : La parole aux jeunes

Les participants de cet atelier ont formulé des recommandations précises pour promouvoir la participation des jeunes aux programmes d'échanges :
- Créer un guichet unique sur Internet pour les participants qui désirent faire un stage ou des études dans l'autre pays afin d'uniformiser les renseignements sur les possibilités et les démarches nécessaires;
-Alléger l'administration de l'Accord quant à la délivrance des visas;
- Cibler la promotion de l'accord selon le groupe d'âge visé : la stratégie pour attirer les jeunes de 18 ans ne correspond pas nécessairement à celle pour les professionnels qui ont 35 ans;
- Sensibiliser les agences de coopération et les associations pour qu'elles puissent jouer un rôle clé dans le jumelage des jeunes et des employeurs;
- Rendre disponible les coordonnées des participants à l'atelier afin de bâtir les réseaux solides et durables entre les représentants des deux pays.

Vous trouverez sur ce site copies de toutes les présentations des intervenants du matin ainsi qu'un descriptif détaillé de l'Accord.